Des frais scolaires plus chers et plus lourds

Publié le 02 Septembre 2019 par adminrachatcredit

« Tout augmente » !! Et ce ne sont pas les prix du supermarché du coin, mais bien celui de la rentrée scolaire. Effectivement, on annonce une hausse de 2,83% pour la vie d’étudiant et 0,17% en plus pour le primaire et le secondaire. Cette rentrée 2019 risque donc de marquer les ménages qui doivent en effet gérer leurs budgets d’une manière plus stricte. Regrouper ses prêts est un excellent moyen de s’en sortir.

Un constat partagé par le CSF et l’Unef

Tous les ans, ces deux organisations mènent une enquête de front pour étudier les couts de scolarité. Le budget moyen par classe c’est-à-dire du cours préparatoire au bac est étudié par la Confédération syndicale des familles (CSF) tandis que pour les universitaires la tâche incombe au syndicat étudiant Unef. Ces derniers se basent sur le logement, le transport ainsi que les frais obligatoires et la restauration pour tirer leur conclusion. Et le résultat est sans appel : c’est bien une nouvelle hausse du budget qui attend les parents et les étudiants.

La hausse s’observe surtout au niveau du collège

Ces hausses sont toutefois disparates. Si en cours préparatoire par exemple les parents d’élèves y voient une réduction des frais de scolarité de 3,97% soit 159,12 euros, ce n’est pas le cas pour ceux dont les enfants sont en cours moyen. Eux c’est une augmentation de 2,89% qu’ils doivent absorber. Les plus fortes augmentations s’observent au niveau des classes de 6e et de 4e avec respectivement une hausse de 5,58% (361,32 euros) et de 6,97% (355,43 euros). En classe de seconde, c’est 4% en moins. Ainsi le CSF propose de réduire la TVA sur les fournitures scolaires et permettre ainsi de faire des économies sur les classes.

Un loyer budgétivore

Ce n’est rien de le dire ! Selon l’UNEF le logement connait une hausse de 2,83%. Avec un loyer mensuel moyen qui s’élève à 542 euros, cela ne passe pas vraiment inaperçu. Combiné avec des frais de restauration de + 1,54% c’est tout de même une hausse de 8,35% qui s’abat sur leurs têtes. Selon l’Unef une grande majorité des étudiants ne bénéficie pas d’aides sociales qui pourraient les aider à surmonter ces couts.

Solution, regrouper ses prêts

Dans un contexte d’une hausse constante, il est souvent difficile d’avoir un point de vue clair sur ses finances. Les ménages ayant des enfants scolarisés ou bien des étudiants se voient souvent dans l’obligation de puiser dans leurs réserves vitales. Pour y remédier, la solution est peut-être le rachat de crédit. C’est-à-dire, regrouper les emprunts en un seul accord. Cela permet de réduire le cout mensuel des échéances au détriment d’une durée de crédit allongée (cout total plus élevé). C’est une solution efficace pour dégager des sous supplémentaires pour son quotidien. Une idée qui permet d’amortir le cout des crédits aussi.