Coronavirus : faut-il reporter les échéances de son prêt immobilier ?

Publié le 23 Mars 2020 par adminrachatcredit

Le confinement total imposé par le gouvernement limite autant nos déplacements que nos activités. La mesure se comprend. Toutefois, de nombreux emprunteurs se demandent si le coronavirus aura un impact sur leurs contrats de prêt. Surtout, ils se demandent sur la possibilité et l’opportunité d’un éventuel report des échéances.

Aucune mesure spécifique en faveur des particuliers ?

Le Président de la République et le Chef de gouvernement rassurent les entreprises et prévoient des mesures de protection en leur faveur. Par contre, ils n’ont pris aucune mesure similaire à l’endroit des particuliers engagés dans des prêts logements. En principe et pour l’instant, les emprunteurs continuent d’honorer leurs engagements selon les termes du contrat.

Que prévoit justement votre contrat de crédit immobilier ?

Le contrat tient lieu de loi entre les parties. Chaque contrat prévoit ses propres termes. Certains prévoient une clause permettant de reporter le remboursement du prêt. D’autres excluent cette faculté. Il s’agira généralement d’une clause de modularité offrant la possibilité à l’emprunteur de revoir les conditions de remboursement en fonction des circonstances. Les emprunteurs ont deux possibilités. D’abord, ils peuvent demander la suspension des remboursements. Cette suspension se matérialise par le report d’une ou plusieurs mensualités. D’autre part, ils peuvent également trouver un terrain d’entente avec la banque pour réduire les mensualités. Dans ce cas, la durée va être rallongée.

Concrètement, que faut-il choisir, report ou modulation ?

Le report permet à l’emprunteur de gagner du temps. Cela peut s’avérer intéressant pour ceux qui subissent un chômage technique partiel, le temps que l’épidémie du Coronavirus se calme. Toutefois, le report génère des coûts supplémentaires. Les intérêts continuent de courir, tout comme les autres charges dont les assurances. Ces surcoûts s’évaluent à plusieurs milliers d’€ avec un report de 4 mois.

De son côté, la modulation permet d’alléger les mensualités sans les suspendre. Cette dernière option limite les surcoûts en étalant le remboursement sur une période plus longue. Une fois la tempête passée, vous pouvez remettre les conditions normales. Le choix entre un report et une modulation se fait au cas par cas. Néanmoins, tant que vous aurez encore les moyens d’honorer votre crédit, optez seulement pour une modulation.

N’y-a-t-il pas d’autres options ?

Si la banque refuse votre demande, que ce soit pour un report ou pour la modulation, vous disposez d’une dernière option, le rachat de crédit. Cette opération consiste à demander à un établissement spécialisé de reprendre votre contrat avec de nouvelles conditions. Vous bénéficierez ainsi d’un taux d’intérêt plus clément et une période de remboursement mieux adaptée à votre situation financière. Cette technique exige néanmoins une attention particulière. Bien que vos mensualités baissent, le coût, lui, peut augmenter. Avant de choisir cette option, étudiez bien la question et recourez préalablement à un simulateur de rachat de crédit. Des conseillers sauront également vous éclairer sur le mécanisme et l’opportunité d’une telle opération.